Diriger

Diriger

Fausse gentille échotière du Landerneau médiatique, Cécile Alvarez sabote soigneusement la machine à formater les imaginaires… Ici, les figures (convenues) du pouvoir masculin percutent les (fausses) représentations du féminin. Ou l’inverse. Emmanuel Macron souffre d’endométriose et Christine Boutin se la joue caïd. Quelque chose cloche et tout semble pourtant si juste. La machine à produire des images dupliquées à l’infini sur les réseaux sociaux déraille…”

agence Patricia Lucas